Ressources humaines

La CAPA comptait au 31 décembre 2012, 214 agents.

En 2012, la CAPA se rapproche des usagers pour améliorer la qualité du service rendu et renforcer le dialogue avec les habitants pour mobiliser l’expertise quotidienne. Elle a ainsi créé la direction de la communication, de la concertation et de l’expertise citoyenne.

Elle renouvelle aussi sa coopération avec les communes et fait encore plus pour être plus proche des habitants. Pour cela elle a adapté en 2012, le fonctionnement de son organisation en créant un pôle proximité regroupant les services qui mettent en œuvre les politiques publiques communautaires de l’eau, de l’assainissement, et des déchets.

Gestion Prévisionnelle des Emplois, des Carrières  et des Compétences.

La  communauté d’agglomération du Pays Ajaccien s’est lancée dans une démarche de Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences (GPEC) pour ses services communautaires.

Cette démarche se veut être une gestion anticipative et prospective pour permettre une mise en adéquation entre les ressources humaines de la collectivité et les besoins tant quantitatifs que qualitatifs nécessaires à la réalisation de ses missions de service public. Il s’agit d’une politique des ressources humaines qui doit permettre d’améliorer les conditions de travail des agents communautaires tout en offrant à chacun l’accès à un développement personnel.

Cette politique des ressources humaines qui s’inscrit dans la programmation pluriannuelle des investissements communautaires réalisée sur la période 2010-2014, doit permettre de faire converger l’effectif budgétaire vers l’effectif de référence, sur la période donnée, au terme d’un processus d’accompagnement au développement des compétences des agents.

Le projet se déroule sur deux phases qui ont été déterminées selon l’architecture des services communautaires et poursuivant des objectifs RH communs. Ainsi, sur un effectif de 200 agents, il a été décidé de décliner la démarche dans un premier temps à l’ensemble des services hormis ceux rattachés à la direction de l’énergie et de l’environnement qui représentent à eux seuls la moitié des effectifs communautaires.

La seconde phase a été menée dans le même cadre RH, mais avec des objectifs supplémentaires technico-financiers imposés par la règlementation en vigueur et par le souhait des élus de diminuer la pression fiscale sur le territoire communautaire.